Camp des jeunes du Kerala


Le service désintéressé à la société est la véritable sâdhana



Discours de BHAGAVÂN du 23 mai 2006


« Les noms et les formes sont les manifestations de l’Être suprême qui est l’Incarnation de la Paix et de ce qui est propice. Il est Existence, Connaissance et Béatitude absolue et non-duelle. Il est satyam, shivam, sundaram, Vérité, Bonté, Beauté. »

(Verset sanskrit)

Incarnations de l’Amour !

Je suis immensément heureux de voir que vous avez expérimenté le bonheur durant ces trois derniers jours. Ces trois jours ont passé comme trois minutes. (vifs applaudissements). Vos cœurs sont remplis de dévotion, de bonheur et de foi inébranlable.

Associez-vous seulement avec la Compagnie du Bien

Vyakti, l’individu, est une partie de samasthi, la société. Samasthi est un aspect de srishti, la création, laquelle a émergé de parameshtin, Dieu. Le devoir de tous les individus est donc de s’engager dans le service désintéressé et sacré à la société. Ces individus constituent la société. L’homme devrait vouer toutes ses actions au service de la société. Les individus sont les membres de cette société. Bien qu’ils soient différents, ils sont tous dotés d’un même cœur :

« Ekam sath viprâh bahudhâ vadanti »
« La Vérité est une, mais le sage s’y réfère sous divers noms. »

« Ekâtmasarvabhûtântarâtman »
« Le même âtman réside en 
tous les êtres. »

Voici une feuille de papier. Si vous vous en servez pour emballer des légumes, elle prendra l’odeur des légumes. Si vous vous en servez pour emballer des fruits, des bananes par exemple, elle prendra l’odeur des bananes. Si vous faites de même avec du poisson séché, elle dégagera l’odeur du poisson séché. Le papier en lui-même n’a pas d’odeur, mais si vous l’utilisez pour emballer une substance quelconque, il absorbera l’odeur de cette substance. Par essence, l’homme est pur et sacré. Mais en s’associant avec la mauvaise compagnie, il acquiert des mauvaises qualités. « Dis-moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es. » Si vous me dites à quel type de personne vous vous êtes associé, je pourrai vous dire quel type de personne vous êtes. Dans vos activités, vous associer avec de bonnes personnes est par conséquent nécessaire. C’est la compagnie que vous fréquentez qui vous rend bon ou mauvais. Eloignez-vous donc de la mauvaise compagnie et joignez-vous à la compagnie de ceux qui ont un cœur pur et des sentiments sacrés. L’homme est une partie de la société. Les maux présents dans la société sont la conséquence des maux présents chez les individus qui la constituent. De même, les maux sociaux affectent aussi les individus. La création tout entière est divine. Nous sommes tous sacrés par essence. Toutefois, l’impact de l’environnement peut amener un changement dans notre comportement.

Les différences qui existent dans la société sont créées par lhomme

L’homme est doté des cinq souffles de vie (pancaprânâh), des cinq sens (pancendriyâh) et des cinq éléments (pancabhûta). Les cinq éléments sont présents en l’homme sous la forme des cinq sens - sabda, sparsha, rûpa, rasa et gandha, respectivement le son, le toucher, la forme, le goût et l’odorat. Le type d’expérience que nous aurons sera fonction du type de voie que nous suivons. Nous devrions par conséquent nous associer avec de bonnes personnes, gagner un bon nom et mener une bonne vie. Remplissez votre cœur de sentiments purs et divins. Bouddha était doté de ces qualités. Il déclara :

« Dharman saranam gachechhami »
« Je prends refuge dans la Rectitude. »
« Satyam saranam gachechhami »
« Je prends refuge dans la Vérité. »

Tous nos comportements devaient être fondés sur satya et dharma. Même si vous rencontrez de mauvaises personnes, ne voyez en elles que ce qui est bon. Le même Dieu réside en tous les êtres. Les gens attribuent plusieurs noms à Dieu – Allah, Jésus, Râma, Krishna, etc. mais Dieu est ’Un’. Ne voyez aucune différence entre les divers Noms de Dieu. Il existe un grand nombre de desserts – laddu, jileki, mysore pak – mais ils contiennent tous le même ingrédient, le sucre. Les noms et les formes varient, mais l’Âtman est un et le même en tous. Râma et Krishna ne portaient pas ces noms à leur naissance ; ces noms leur ont été donnés par leurs parents. Dieu ne s’incarne pas avec un nom particulier, Dieu est nirgunam, niranjanam, sanâtana niketanam, nitya, shuddha, buddha, mukta, nirmala svarûpinam – sans attributs, pur, demeure finale, éternel, sans tache, éclairé, libre et l’incarnation du sacré. Certains attribuent des noms et des formes à Dieu et sur cette base développent des différences, louant une forme et condamnant l’autre.

Ne vous laissez pas emporter par les noms et les formes. Ayez confiance en l’Âtman qui n’a pas de forme. L’Âtman est l’incarnation de la Béatitude éternelle : nityânandam, paramasukhadam, kevalamjnanamûrtin, dvandvâtîtam, gagana sâdrishyam, tat-tvam-asy-âdi-lakshyam, ekam, nityam, vimalam, achalam, sarvadhâ sâkshibûtam, bhâvâtîtam trigunarahitam - Il est Béatitude éternelle, sagesse absolue, au-delà des paires d’opposés, expansif et pénétrant comme le ciel, le but indiqué par le mahâvâkya « tat tvam asi », le Un sans second, éternel, pur, immuable, Témoin de toutes les fonctions de l’intellect, au-delà de toutes les conditions mentales et des trois attributs – sattva, rajas et tamas.

Les différences se présentent quand nous attribuons différents noms à l’Âtman. C’est vous qui créez ces différences et pas Dieu. Dieu est l’Incarnation de l’Amour et de la Vérité. La Vérité est Dieu. L’Amour est Dieu. Vivez dans l’Amour. Remplissez votre cœur d’amour et menez une vie d’amour. Aimez tout le monde, car Dieu est présent en tous les êtres sous la forme de l’Amour. Personne n’est dépourvu d’amour en ce monde. L’Amour semble avoir de nombreuses formes, mais en réalité, Il est seulement ‘Un’.

Que toutes vos actions soient saturées damour

Incarnations de l’Amour !

Considérez celui que vous voyez comme l’incarnation du Principe âtmique. Ne vous laissez pas emporter par ce que les autres disent. Quoi que les gens disent à votre sujet, considérez que cela est bon pour vous. Si vous pensez ainsi, tout deviendra bon pour vous. Si quelqu’un vous critique, ne craignez rien ; faites face et marchez courageusement sur les voies de la Vérité et de l’Amour. L’Amour est très sacré, Il est la forme de Dieu. Si vous haïssez l’Amour, cela équivaut à haïr Dieu. Dieu n’a de nom que celui d’Amour.

Incarnations de l’Amour !

Vos chants et les activités que vous avez accomplies au cours des trois derniers jours ont donné du bonheur à tout un chacun (vifs applaudissements). Vous avez longtemps attendu cette opportunité et aujourd’hui vos aspirations ont trouvé leur accomplissement. Votre amour et votre sâdhana ne seront jamais vains. L’amour survit en tant qu’Amour et la vérité survit en tant que Vérité. Quelle que soit votre activité, saturez-la d’amour. Quand vous donnez de la nourriture à un mendiant, faites-le avec amour. N’entretenez ni dégoût, ni colère, ni haine envers qui que ce soit. La vraie dévotion consiste à accomplir toutes vos actions avec amour. Certains font japa en chantant Râm, Râm, Râm, mais tout en égrainant le rosaire leur mental erre partout. Cela n’est pas faire japa. Le Nom de Râma devrait remplir votre cœur de délices. Vous serez à même de visualiser la forme divine de Râma quand vous chanterez Son Nom de tout votre cœur, les yeux clos. « Prema mudita manase kaho, Râma, Râma, Ram… » « Chantez le Nom de Râma avec un cœur rempli d’amour. » Le Nom de Dieu devrait être imprimé dans votre cœur.

Dieu est l’incarnation de l’Amour, Il est au-delà de tous les attributs. C’est seulement votre imagination qui assigne des attributs à Dieu. Désir, colère, haine, avidité, jalousie et orgueil sont vos propres créations ; elles ne viennent pas de Dieu. L’Amour de Dieu vous bénit toujours. Vous regardez un objet et, en raison de votre convoitise, vous souhaitez le posséder. Dieu n’a rien à voir avec cela. Dieu est absolument sans désirs. Certaines personnes tentent de tromper Dieu en Lui surimposant leurs désirs. Elles accusent Dieu en Lui attribuant ce qu’Il ne possède pas ; malgré cela, Dieu vous aime toujours. Atteignez l’Amour de Dieu à travers l’amour, et la Vérité à travers la vérité. La véritable sâdhana consiste à mener votre vie de cette manière. Aller dans la forêt et s’y asseoir en solitaire n’est pas la vraie sâdhana. Vivez dans la société et servez-la de façon désintéressée en pensant que c’est Dieu que vous servez. Quand vous servez un individu dans la détresse, considérez que vous servez Dieu Lui-même. Il n’y a pas d’endroits où Dieu n’est pas. Tout est pénétré de la Divinité. La Divinité est présente dans ce vêtement, dans ce micro et en toute chose en ce monde. Du point de vue du monde, vous appelez ceci un vêtement, mais si vous développez la vision divine, vous verrez Dieu en toute chose. Le vêtement est fait de fils et les fils proviennent du coton. Sans coton, il ne peut y avoir de fils et sans fils il ne peut y avoir de vêtement. Tout comme le coton est la base fondamentale du vêtement, ainsi Dieu est la base fondamentale de ce monde. Il n’existe aucun lieu en ce monde où Dieu n’est pas. Où que vous regardiez, Il est là.

Reconnaissez votre Identité véritable

Incarnations de l’Amour !

Vous êtes tous les incarnations de l’Amour ; vous êtes tous les incarnations de la Divinité. N’allez nulle part à la recherche de Dieu. Si vous fermez les yeux et regardez en vous, vous y verrez Dieu. Les gens s’engagent dans toutes sortes de pratiques spirituelles, lesquelles conduisent toutes au même but. De même que toutes les rivières s’immergent finalement dans l’océan, les prières de tous ces gens atteindront Dieu. Ne vous considérez pas comme un simple être humain. Vous êtes l’incarnation de l’Amour. Si vous demandez à quelqu’un comment il s’appelle, il répondra : « Je m’appelle Ramaiah ou Lakshmana… » Ces individus ne sont pas nés avec ces noms, ce sont les parents qui les leur ont donnés. Tous les noms sont tenus de changer, le seul qui ne change pas est ‘Je’. Si quelqu’un vous demande : « Qui es-tu ? », vous devriez répondre avec conviction : « Je suis-Je ». Vous n’avez de nom que celui-là. Vous devriez développer cet esprit d’unité. Ne vous identifiez pas au nom donné à votre corps. Votre nom réel est « Je », « Je », « Je », « Je », la Réalité ultime qui demeure avec vous à jamais. Tant que vous êtes dans le corps, les gens peuvent vous appeler par le nom donné à votre corps. Quand le corps meurt, qu’advient-il de ce nom ? En fait, vous n’êtes pas une personne, mais trois personnes : celle que vous pensez être, celle que les autres pensent que vous êtes et celle que vous êtes réellement.

Incarnations de l’Amour !

Vous êtes remplis d’amour, de dévotion et de vérité. Par conséquent, vous êtes tous les incarnations de Dieu. N’oubliez jamais l’Amour, imprimez-Le dans votre cœur et assimilez-Le. Ne soyez pas tristes parce que Swami ne vous a pas parlé durant ces trois derniers jours. Swami est toujours prêt à vous parler, mais il se fait que les Organisateurs de ce camp n’ont pas donné l’opportunité à Swami de vous parler. Néanmoins, je vous ai parlé à la fin de ces trois jours (vifs applaudissements). Cela Me rend heureux de recevoir l’amour de chacun de vous. Être les bénéficiaires de Mon Amour est votre bonne fortune. Le lien de l’Amour est le seul lien de parenté entre vous et Swami. Vous êtes tous nés dans l’Amour, vous êtes nourris par l’Amour et vous vivez dans l’Amour. N’oubliez jamais l’Amour ; imprimez-Le dans votre cœur.

Bhagavân chante le bhajan : « Prema mudita manase kaho, Râm, Râm, Râm… » et continue

C’est par amour pour vous que J’ai prononcé ce discours et chanté le bhajan. Votre Amour s’est reflété en Moi et Mon Amour s’est reflété en vous. J’accepte votre amour et déverse Mon Amour sur chacun de vous. L’Amour est essentiel pour tous. L’Amour est la force inaltérable qui nous relie tous. Sans l’Amour, aucune relation ne peut exister, pas même entre la mère et l’enfant. L’Amour qui existe entre vous et Swami est plus grand que l’amour qui existe entre une mère et ses enfants. Swami vous souhaite d’être heureux et de connaître le bonheur dans la vie.

Extrait du discours de Bhagavân prononcé dans le Sai Ramesh Krishan Hall à Brindavan, Whitefield (Bangalore) le 21 mai 2006 à l’occasion du camp des jeunes du Kerala.

Traduit du Sanathana Sarathi d’août 2006

Copyright : Sri Sathya Sai Books and Publications Trust, Prasanthi Nilayam, Inde




Retour à la page précédente